Débutant sans fin

Justin DELAREUX
Avril 2017

Héritier des situationnistes qui avaient pour projet que toute activité humaine prenne une forme

poétique, Justin Delareux est un artiste protéiforme. Il mêle sans hiérarchie, l’écriture, le dessin,la photographie, la musique (Töle), à bien d’autres choses.

Il s’inscrit dans la veine des poètes élémentaires, qui revendiquent une poésie-action, une

poésie-visuelle, pour qui le texte s’incarne, et ne se borne pas à la page du livre.

“J’ai souvent pensé la mise en espace de [m]es travaux comme un geste de publication, hors

livre, et [m]es travaux comme les composantes d’un langage matériel plus vaste, constituant une

sorte de documentation de la pensée.” dit-il dans un entretien avec Emmanuèle Jawad pour la

revue en ligne remue.net en 2016

Toile, papier, lumière, encre et bombe sont ses outils. Tel Hanna Arendt dans La condition de

l’homme moderne, il questionne l’écart entre travail et oeuvre, mettant au centre de ses

préoccupations l’action.

Revue de presse :