TOUT POÈME VOLE

Akenaton
Février - Mars 2020

La sélection effectuée parmi les nombreux travaux que nous avons réalisés depuis le début des années 80 a été gouvernée par une intention générale: donner à voir, malgré la diversité des supports et des dates la cohérence formelle et thématique du parcours d’Akenaton. Dans tous les cas des pièces retenues il s’agit de mixer des domaines. Avec la (récente) série des «hélicoptères» la peinture rencontre le texte poétique ou littéraire. Avec les «Arrêts_sur_Textes», série work in progress bien plus ancienne, l’image video est confrontée au texte par la présence des sous-titre et avec «Quatre Cieux» la même démarche est appliquée à une image photographique. «Le poète dans la cité», mini-installation, conjugue quant à elle l’objet, l’image photographique et l’action performative. En chacun de ces travaux il ne s’agit nullement d’un «commentaire» mais de la construction d’un sens, souvent ironique ou critique, par la conjonction d’éléments hétérogènes qui s’éclairent (ou s’obscurcissent !) mutuellement. On pourrait dire à peu près la même chose de la pièce la plus ancienne ici présente, «Blanche Neige» qui rassemble et confronte le cinéma d’animation (pour enfants) avec l’image médiatique. Œuvre qui appartient à une série globalement intitulée «Dissonnance», faute d’orthographe comprise et discret grincement assuré.

Akenaton, 2020

Tout poème vole Akenaton