expositions 

Danny Steve : 
Magie marron 

Octobre 2017

Entre magie noire et magie blanche serait la magie marron.
Marron, la couleur du transit, de la transition.
La couleur générique d’un milieu primitif.
Marron comme l’est la créature domestiquée qui évolue vers son état naturel.
Marronnage, liberté couleur de boue.
La magie invoquée serait celle du milieu et de la périphérie.
Incantation ordinaire et secrète.
Enchantement trivial et somptuaire.


Danny Steve, 2017

Charlotte HUBERT :
Mais où sont passés les tritons ?
Juin 2017

Charlotte Hubert sillone le monde depuis 2015, afin de récolter des documents sur les sirènes, elle a été :

Au Japon : Les ama, littéralement femmes de la mer sont des pêcheuses en apnée. Dans la tradition japonaise,

cette coutume existerait depuis 4000 ans, on les nomme les sirènes japonaises car jusque dans les années 70

elles plongeaient presque nues. Lors de sa résidence de recherche à Air Paradise (Tokyo), Charlotte Hubert

a passé du temps avec les ama sur l’île de Kami Shima (l’île de la chèvre) qui a servi de décor à l’écriture du

roman Le tumulte des flots de Yukio Mishima. C’est d’ailleurs après la lecture de l’ouvrage que j’ai décidé pour

la première fois de rencontrer des ama. Sur place, j’ai photographié, filmé, ramassé des étoiles de mer, déchargé du poisson, appris à lire l’âge dans les coquillages, échangé des haïkus (…). Dit-elle.

En Islande : Nous savons que les sirènes sont des créatures légendaires mi femmes mi poissons issues du folklore médiéval et scandinave. Au mois d’août 2016,Charlotte Hubert se rend à Reykjavik dans l’espoir d’apercevoir des sirènes et des tritons, d’enregistrer leur chant mais aussi de s’imprégner d’un pays proche de la fiction où les contes et légendes sont très répandus. Au musée du phallus de Reykjavik elle a pu observer et photographier un phallus de sirène accompagné de son cartel, ce qui lui a donné envie d’envisager le cartel comme éventuel lieu supplémentaire du récit.

Au détroit de Messine en Scicile : Selon la tradition homérique, les sirènes sont des divinités de la mer qui

séjournent à l’entrée du détroit de Messine en Sicile. En juillet 2016, je décidai de faire la traversée du détroit

en bateau afin d’enregistrer leur chant à l’aide d’un micro.

Justin Delareux :
Débutant sans fin

Mai 2017

Héritier des situationnistes qui avaient pour projet que toute activité humaine prenne une forme poétique, Justin Delareux est un artiste protéiforme. Il mêle sans hiérarchie, l’écriture, le dessin, la photographie, la musique (Töle), à bien d’autres choses.

Il s’inscrit dans la veine des poètes élémentaires, qui revendiquent une poésie-action, une poésie-visuelle, pour qui le texte s’incarne, et ne se borne pas à la page du livre.

“J’ai souvent pensé la mise en espace de [m]es travaux comme un geste de publication, hors livre, et [m]es travaux comme les composantes d’un langage matériel plus vaste, constituant une sorte de documentation de la pensée.” dit-il dans un entretien avec Emmanuèle Jawad pour la revue en ligne remue.net en 2016 Toile, papier, lumière, encre et bombe sont ses outils. Tel Hanna Arendt dans La condition de l’homme moderne, il questionne l’écart entre travail et oeuvre, mettant au centre de ses préoccupations l’action.

Ouichtre !
Thierry Agnone, Akenaton, Pauline Bastard, Julien Blaine, Daphné Boussion, Justin Delareux, Nicola Frangione, John Giorno, Charlotte Hubert
Mars 2017

Le titre de l’exposition « OUICHTRE ! » altération de oui, mais aussi une référence déclinée de oui un slogan emblématique repris par plusieurs poètes élémentaires, dont Christophe Tarkos, donne le ton de cette exposition. Ce titre composite et ambivalent porte en lui la contradiction légère et ironique de l’affirmation cela est ici mâtinée d’un suffixe altérant.

 

S’appuyant sur le concept « verbi-voco-visual » de Marshall Mc Luhan et la définition de D. Higgins de la poésie soit :«  un art basé sur le mot avec des éléments musicaux ou visuels, ou les deux à la fois, utilisant des structures cognitives. » *,cette exposition présente des œuvres d’artistes et de poétesc onfirmés  ou participant de la relève, se jouant des mots, du langage, des histoires.

© 2017 par Galerie Olivier Meyer Créé avec Wix.com 

104, rue Paul Bellamy 44000 NANTES, France

  • Gris Icône Instagram
  • Facebook Clean
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now